Le petit musée personnel de Christine

Sans doute, est-ce le rêve de chaque artiste, qu’il soit à l’apogée de sa gloire ou modeste peintre du dimanche comme moi, d’exposer ses oeuvres de son vivant dans son propre musée. Ce n’est pas là le délire d’un mégalomane, mais celui, bien légitime, de disposer ses tableaux à sa vue, tel le collectionneur qui entasse dans ses vitrines sa collection de petits 🐷 en porcelaine.

– . Ah, j’aimerais tant un petit musée personnel, pour y regrouper les cinq, dix, cinquante ou cent vingt-cinq oeuvres encore disponibles que comporte ma collection !-. Lequel d’entre nous ne s’est pas posé secrètement la question, sans oser toutefois aller au bout de sa réflexion. Par souci de la réaction de ses proches, manque d’espace disponible, ou toute autre bonne ou mauvaise raison. -. Dis, Christine, toi qui dispose d’un atelier de peinture, comment organise-tu ton petit musée ?-. Mon antre d’artiste ne dispose que de quatre murs, déjà bien sollicités, pour ne pas dire surchargés. Mes armoires, placards, cartons et réserves sont pleins à craquer, au secours ! Ils débordent. Il me faudrait des cimaises, encore des cimaise, de la place, toujours de la place, encore plus de place. Pratiquer l’art de la peinture, en plus d’être une activité chronophage, réclame le sens de l’ordre, de l’organisation, de la méthode, de la rationalité, toutes excellentes qualités dont, hélas, les artistes en général et moi en particulier, sont par malchance souvent dépourvus…

30x40cm  »Mam’zelle au musée », galerie Z’Artistes

Mon conseil. -. Vous n’avez accroché que quelques toiles dans votre salon, ou chez des amis complices ? Vous avez perdu le compte, le titre et la localisation géographique de vos autres oeuvres ? Un seul remède, le catalogue, virtuel ou en version  »papier » desdites œuvres. Voilà qui fait sourire mes élèves, auxquels je conseille dès leurs débuts de photographier systématiquement leurs toiles, et de trouver un système personnel pour conserver lesdites photos dûment référencées. -. Ne pas hésiter à feuilleter ponctuellement ledit catalogue, pour rêvasser devant son petit musée personnel, se lancer dans l’autosatisfaction (ou plus souvent dans l’autocritique). Bref, garder des preuves tangibles de son activité artistique. -. Sinon, faire musée dans toutes les pièces de sa 🏡, ça dépanne !

2 réflexions sur “Le petit musée personnel de Christine

  1. Mais tout à fait … je fais exactement la même chose avec ce que je crée, j’ai tout sur clé USB et je suis très contente de revoir certaines « pièces » de mes débuts (même si j’y vois beaucoup de défauts 😁)
    Belle soirée Christine !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s