Pique-nique à la bonne franquette

 »-. On pique-niqua dans la salle de séjour, dont le gros œuvre était à peu près terminé. Deux vantaux de porte, couchés sur des tréteaux, servaient de table. Au menu, du jambon, du saucisson, des oeufs durs, du fromage. Les assiettes et les gobelets étaient en carton. Tout le monde s’assit sur des caisses, sauf Igor Dimitrievitch qui eut droit à son fauteuil, rapporté du jardin. Il souffrait de cet inconfort, qui paraissait amuser les autres. Son regard errait tristement sur le déballage de la mangeaille, les serviettes en papier, le 🍞 posé à même les planches, tout ce désordre prolétarien. Il était un ouvrier cassant la croûte sur le tas.

Projet poisson 🐟  »Dans la boîte de sardines »

Brusquement rejeté en arrière, il se retrouva au printemps, dans une forêt de bouleaux, en Russie. Une nappe étalée sur l’herbe. Des 👗 de femmes tachetées de ☀️, Hélène sous sa capeline de paille à 🎀 bleus. Un sourire vague erra sur ses lèvres. Il faisait plus froid à l’intérieur de la 🏡 que dans le jardin. Igor Dimitrievitch frissonna et resserra son écharpe autour du cou. Nul n’y prit garde. Trois générations dévoraient. De temps à autre, Huguette donnait des bribes de jambon à son pékinois. Igor Dimitrievitch lui en voulut de nourrir son 🐕 à table. -. Cela ne se fait pas !-, décida-t-il avec une dignité sourcilleuse. Mais il se garda de le lui dire… » Henri Troyat (Le bruit solitaire du ❤️)

Une réflexion sur “Pique-nique à la bonne franquette

Répondre à Marie-Christine Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s