Fouette, cocher !

 »-. Pourtant, il n’avait pas sommeil. Les images qui défilaient dans sa tête n’étaient pas celles du rêve mais de la mémoire. Enseveli sous les fourrures, il avait disposé à ses pieds une cantine et des boîtes de conserve. En rase campagne, les 🐎 prenaient de la vitesse. Leurs clochettes tintaient dans un vide astral. Fouetté par le vent de la course, Igor Dimitrievitch se frottait le visage pour ramener le sang dans ses chairs mortes. La nappe de neige s’étendait à perte de vue et rejoignait le ciel.

60x80cm « Diptyque « Chaos d’hiver« 

À moins que ce ne fut le drap de lit dans la pénombre de la chambre. Ce drap faisait des plis aux genoux. C’était insupportable. La troïka glissait dans un néant monotone. Un pâle ☀️ mourait dans le brouillard de lait. Soudain l’horizon s’assombrissait, la tempête se levait avec une fureur de cauchemar. Un sifflement continu rasait le sols. Les flocons volants entraient dans la bouche, piquaient les narines, collaient les paupières. Igor Dimitrievitch étouffait dans toute cette farine glacée. Il en avait plein les poumons. Seule une ponction pouvait le soulager. Vite, le docteur, la seringue ! Les 🐎 s’immobilisaient. Le cocher se désespérait. -. Nous sommes perdus, barine ! La colère de Dieu est sur nous !- un trait de 🔥 lui tarauda la poitrine. -. Je suis sauvé !-. Et il eut envie de remercier, une fois de plus, le docteur Philippov qui l’avait tiré d’affaire. » Henri Troyat (Le bruit solitaire du ❤️)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s