Tous les atouts dans mon jeu

 »-. J’ai eu, moi, toutes les facilités dont peut bénéficier un enfant et un adolescent. Quand je suis parti pour l’Asie, j’étais un jeune homme de vingt-quatre ans, né à Bordeaux, dans un milieu bourgeois et catholique. Mon père était un chirurgien très connu et respecté. L’éducation que j’ai reçue dans ma famille était stricte, très hiérarchisée. Le respect que mes sœurs et moi portions à nos parents était sans nul doute justifié. Mon père était un homme éminent dans son métier, et un personnage bouillonnant, mais fort peu tyrannique. Et ma mère était une femme très remarquable, très au-dessus de son milieu par la culture et le sens des responsabilités collectives.

Projet  »picassez-vous la tête », Manga, galerie Faussaire

J’ai reçu chez les Jésuites une éducation plutôt molle et sans grande signification qui ne m’a, ce me semble, aucunement marqué. Je trouve intéressants les récits qu’on peut lire sur l’empreinte qu’infligerait une éducation de ce type. L’éducation jésuite a glissé sur moi comme sur une toile cirée. Je n’ai rien gardé de cette période, pas même l’anticléricalisme. Un peu de latin, très peu de grec… Quelque ruse. Mais je suis gascon, et donc plutôt porté sur les procédures jovialement obliques…. Pour savoir si cela ne vous a pas marqué, il faudrait savoir ce qu’aurait produit une autre éducation-. C’est vrai. Mais si je la compare avec celle que mes camarades, nés dans le même milieu, ont reçu simultanément dans un lycée bordelais, je ne vois aucune différence-.  » Jean Lacouture (Un sang d’encre)

Une réflexion sur “Tous les atouts dans mon jeu

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s