Les inconnus du métro

 »-. À Paris, à cette heure-là, le métro n’est pas très chargé, il y a de la place, on y est au large, et les banquettes sont clairsemées. C’est un autre métro que celui des heures d’affluence. À chaque station, les voyageurs montent et descendent sans jamais faire le plein. Le métro repart. Au milieu, un homme est seul sur sa banquette. Il se tient immobile comme une statue. Il est absent de lui, les yeux ailleurs, le corps oublié. Le métro roule.

30x40cm « Métro, boulot, dodo« , collection privée

À la station suivante, une dame, chargée de sacs, de baluchons et de paquets tente de monter dans la voiture sans rien oublier sur le quai. Sans hésiter, la dame va directement s’asseoir à côté du monsieur… L’homme a tout l’air de se demander. -. Mais pourquoi donc a-t-elle choisi de s’asseoir à côté de moi ? Est-ce qu’il n’y avait pas assez de place ailleurs ? Et pourquoi justement à côté de moi, avec tous ses paquets?– Et l’homme a tout l’air de penser que cette femme le fait exprès, uniquement pour le déranger. Tout le monde comprend bien que cet homme est envahi, qu’il se sent expulsé, chassé, mis à la porte de lui-même… Difficile rencontre de l’autre ! Quelques stations plus tard, je regardais mes deux passagers du métro, eh bien, vous n’allez pas le croire, ils étaient en grande conversation ! » Jean Debruynne (Rencontres)

Une réflexion sur “Les inconnus du métro

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s