Son regard sur le monde posé

 »-. Quelque chose pesait sur Lucy, ma soeur cadette, et déjà obscurcissait sa vie. Dans son visage rond d’une blancheur de camélia, d’immenses yeux verts posaient sur le monde un regard sérieux et interrogateur. On eût dit qu’il y avait au fond de ces prunelles couleur d’océan une question qui ne se formulerait jamais. Je crois qu’au plus profond de son ❤️ généreux et tendre se cachait le chagrin d’une secrète injustice dont elle se sentait victime. Mais elle n’en disait rien. Peut-être que, enfant, elle n’en savait presque rien.

Projet  »picassez-vous la tête »

Ne parlant qu’assez peu, elle se rencognait d’ordinaire dans un silence où elle se réfugiait comme dans une forteresse, mais elle chantonnait toute seule. Parfois, de grands éclats de gaité la faisaient rire aux éclats, et elle se tournait vers moi comme vers celui dont elle se sentait le plus près d’elle. Peu à peu, comme à tâtons, elle découvrait qu’elle n’était pas tout à fait comme les autres, que certaines choses lui échappaient, et déjà l’inquiétude marquait ses traits. Comme nous tous, elle aimait notre mère d’un amour aveugle et total, mais elle chérissait papa qui, par un obscur désir de rétablir je ne sais quel équilibre, l’appelait sa fille préférée. » Julien Green (Jeunes années)

Une réflexion sur “Son regard sur le monde posé

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s