La leçon de natation

 »-. Ce fut à Saint-Valery que je vis la mer pour la première fois. Elle me fit immédiatement horreur. Il me semblait que toutes ces vagues se riaient de moi et je grelottais dans mon costume de bain. L’été 1912 resta longtemps dans toutes les mémoires comme un des plus mauvais qu’on ait connus. Il fut décidé que je devais apprendre à nager, parce que, m’expliquaient mes sœurs, – Si jamais tu te trouves dans un naufrage, tu seras bien content de pouvoir ainsi te tirer d’affaire-. Je vis déjà le naufrage en question, et ma haine de la mer en fut redoublée.

50x60cm « Clin de soleil« , vendu, galerie Les clins d’œil de dame nature

Néanmoins, j’obéis, j’obéissais toujours. Un jeune homme qu’on voyait sur la plage, le maitre-nageur sans doute, fut chargé de m’enseigner les mouvements. Et, parce que je suffoquais en m’enfonçant dans l’eau glaciale, on me dit que j’étais une poule mouillée. Quoiqu’il en soit, le jeune homme, une cigarette à la bouche, me saisit par une ceinture qu’il m’avait passée autour de la taille, et m’indiqua ce que j’avais à faire de mes bras et mes jambes. – S’il me lâche, je me noie-. Je coulais immédiatement à pic, et, sa cigarette rallumée, le garçon me repêchait. À cette école, je n’appris qu’à ajouter une épouvante à toutes celles dont je semblais faire collection. En sortant de l’eau, je tremblais si fort que l’on me crut malade. Et les leçons furent interrompues. » Julien Green Jeunes années)

2 réflexions sur “La leçon de natation

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s