Le professeur de dessin

Lucie, 6 ans, acrylique et collage « Poulette« 
Lucie, 7 ans, « Madame Grenouille », acrylique et collage
Lucie, 7 ans, « Petite Poule« , acrylique et collage

 ». Je dessinais beaucoup à cette époque, mais tous mes dessins étaient montrables. L’envie d’en faire qui ne le fussent point m’avait passé, depuis qu’un camarade de classe nous avait fait voir ce qu’il est convenu d’appeler les  »parties honteuses » de son individu. Quoiqu’il en soit, ma mère, voyant mon penchant pour les beaux-arts, décida de me donner un professeur. Un Monsieur Tisserand apparut un matin dans notre jardin du Vésinet. C’était un nain à barbe grise, la ✋ appuyée sur une canne d’acajou à pommeau d’argent. Son chapeau d’artiste et l’extrême dignité de ses manières donnaient le fou-rire à mes sœurs… Monsieur Tisserand me fit dessiner des pots de géraniums, des bougeoirs de cuivre, des chaises posées sur des tables (pour la perspective), des balustres (pour le volume). C’est lui qui donnait le coup de pouce, le je-ne-sais-quoi qui rendait la chose banale et correcte. » Julien Green ( Jeunes années)

Lucie, 9 ans, La chatte Liliane dans un décor bleu« 
Lucie, 7 ans, « L’éléphante rose », acrylique et collage

Voilà qui me fut épargné par ma famille en mes jeunes années, celle-ci ayant fort bourgeoisement décidé qu’il y avait assez d’artistes, musiciennes chez les femmes, peintres chez les hommes. -. Christine fera des études de lettres et se mariera !- . Ma petite-fille Lucie, celle-là même qui du haut de ses dix ans régale mon blog de sa créativité, a suivi durant deux ans une classe enfantine à l’école d’Arts plastiques. Jusqu’à dire stop aux perspectives et volumes ci-dessus précités, et déclarer – qu’elle se contenterait désormais de l’enseignement fantaisiste et rigolo de mamie Christine…- Na !

Lucie, 10 ans, « Un poisson nommé Lulu », technique à l’huile
Lucie, 8 ans, « Monsieur Hiver », techniques mixtes
Lucie, 9 ans, « L’Arbre-bonhomme », huile et collages

Mon conseil. L’approche des arts, c’est comme la musique, l’anglais ou les mathématiques, ou l’amour… Tout dépend de votre toute première fois, et des séances qui s’ensuivent. J’ai moi-même, j’en suis consciente et je le revendique presque comme l’apothéose de ma carrière, fait fuir plusieurs aspirants-peintres, angoissés par ma fantaisie. Ils avaient besoin d’être rassurés sur le plan technique, jusque là tout va bien car j’assume à hauteur de mes petits moyens et surtout des leurs. Mais surtout assurés qu’ils ne seraient pas bousculés, ni sommés d’être créatifs. Et là, je ne promets plus rien !

Projet « Pour faire le portrait d’un oiseau » d’après Jacques Prévert, oeuvre d’élève (Josette, 82 ans )

2 réflexions sur “Le professeur de dessin

  1. « Christine fera des études de lettres et se mariera !…c.était déjà mieux que d’entendre: « elle se mariera donc ça ne vaut pas la peine qu’elle fasse des études !
    J’adore ces dessins d.enfants. Douce nuit Christine.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s