Du Morat, pour nous enivrer

 »-. Des mûres, père, des mûres et des myrtilles. Nous avons oublié de demander un panier à la servante. Alors, nous en rapportons plein nos ✋.-. Et nos chapeaux -, dit bonnement Charlotte, qui, en effet, toute décoiffée, montrait son chapeau de paille plein jusqu’au bord de baies noires et brillantes-. Vous comprenez, père, nous voulons fabriquer du Morat pour nous enivrer. -. Emily, voyons, une jeune fille ne doit jamais prononcer ce mot. Ce n’est pas convenable !-. Le malheur est que, dès l’enfance, ils avaient toujours été en désaccord sur la signification du mot convenable.

Projet »picassez-vous la tête »

-. D’autant que le Morat n’enivre pas. Voyons, père, avez-vous oublié Ivanhoé ? C’est ce que buvaient nos ancêtres. Nous allons demander du 🍯 des bruyères à la servante, et nous aurons du Morat. Mais pour le corser, devrais-je demander du vin au tenancier ?-. Un triple cri d’horreur sortit des lèvres des petites filles. Et le fripon courut vers la cuisine. » Jeanne Blutteau (La vie passionnée des Brontë)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s