Vibrance

 »-. À la droite de Florence, contre le mur, se trouvaient deux lits aux montants finement sculptés, séparés par une commode massive. Au-dessus de la commode, suspendue au plafond, une grosse lampe italienne en argent. Juste en face d’elle, près des volets de bois de la fenêtre, il y avait une table et une chaise espagnoles. Sur la table, une lampe chinoise et un téléphone. Florence traversa la chambre et décrocha le téléphone. -. Rien. Est-ce que j’ai pensé une seconde qu’il allait marcher ? En tout cas, il n’avait jamais été utilisé que pour les communications intérieures-.

Projet Nos amies les bêtes, B comme Bestiole

Elle se retourna et examina la chambre. Il y avait quelque chose dans la pièce. Mais quoi ? Une présence ? Un reliquat d’émotion ? Florence ferma les yeux et attendit. Cela ne faisait aucun doute. Il y avait quelque chose dans l’air. Cela bougea et vibra, s’avança vers elle, puis battit en retraite comme une bête invisible et craintive. Elle rouvrit enfin les yeux. -. Ça viendra-. Elle traversa la chambre pour aller dans la salle de bains et loucha légèrement lorsque la flamme de la 🕯️ se refléta sur les murs carrelés de blanc. Elle posa le bougeoir sur le lavabo et ouvrit le robinet d’eau chaude. Un moment, rien ne vint. -. J’espère que le chauffe-eau marche !- » Richard Matheson (La 🏡 des Damnés)

Une réflexion sur “Vibrance

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s