Adieu, Paris

 »-. Paris m’a chassée. Ce n’est pas mal, voici un mois que je tiens bon. Être un objet de scandale, un objet de haine, cela fouette le sang. Je me porte bien. Je me suis trouvé un nouveau sourire. Dans une gazette, je l’ai vu qualifier d’odieux. Ce sourire insolent m’a servi de réponses aux murmures qui m’arrêtaient au théâtre, à Longchamp, sur les boulevards. Des passants ont été jusqu’à me huer. J’étais la garce qui avait fait périr son amant et qui se tirait d’affaire avec des malles de 👗 et des écrins de bijoux. J’avais décidé de tenir un mois. Je suis partie le matin du trente et unième jour.

Projet 🎏 d’avril, Belle-de-poisson

J’ai toute ma fortune dans mes bagages. Mais je suis comme César, ma fortune c’est moi. Je vous ferai rentrer vos huées dans la gorge. Mais grâce à vos huées, je n’ai plus de peine. Et moi je continue ! Que la vie est courte ! Il m’en faudrait trente de cette taille-là ! Quelle drôle de situation nous avons sur terre. La destinée nous prive sans arrêt. Un première fois, dans le ventre de notre mère, elle décide que nous sommes fille ou garçon. Elle nous jette sur un chemin, et nous interdit l’autre. Déjà elle nous refuse un avenir possible. Et ça continue de plus belle. On est limité par son pays, la classe sociale où l’on est né, la taille et le visage que vous font la nature. Je ne serai prisonnière d’aucun pays, d’aucune passion. J’aurai tout. Rien ne m’echappera. Il fait trop noir. J’arrête. » Cécil Saint Laurent (Lola Montes)

2 réflexions sur “Adieu, Paris

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s