Et l’Ukraine s’embrasa…

 »-. Une lutte des classe acharnée, implacable, embrasait l’Ukraine. Toujours plus nombreux, les hommes prenaient les armes, et chaque collision faisait surgir de nouveaux combattants. Pour l’habitant, la vie paisible d’autrefois avait sombré dans le passé. La tourmente faisait rage, secouant de sa cannonade les vétustes maisonnettes. L’habitant se serrait contre les murs des caves, se terrait dans les tranchées, creusées avec des moyens de fortune.

50x60cm  »Les toits rouges de Kiev », galerie La meilleure façon d’habiter

Le région était inondée d’une avalanche de bandes de toutes couleurs et de toutes nuances. Grands et petits. Et une foule d’autres bandits. Anciens officiers, socialistes révolutionnaires ukrainiens de droite et de gauche, tout aventurier énergique qui avait groupé autour de lui une poignée de coupe-jarrets, se proclamait chef. Parfois, il arborait le drapeau jaune et bleu ciel, et s’emparait du pouvoir dans la mesure de ses forces et possibilités. En ce mois d’avril de la tumultueuse année 1919, l’habitant, ahuri, effrayé à mort, dessillait le matin ses yeux brouillés de sommeil, ouvrait les fenêtres de sa maisonnette, et interrogeait anxieusement son voisin plus matinal. -. Avtonome Petrovitch, quel pouvoir avons-nous dans la ville ?-. Est-ce que je sais, Afanas Killirovitch ? Des gens sont arrivés cette 🌃. On verra, s’ils pillent. Ou si ce sont des camarades-. » Nikolai Ostroviski (Et l’acier fut trempé…)

3 réflexions sur “Et l’Ukraine s’embrasa…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s