L’amour en miniature

 »-. C’est vous qui vous laissez mollement mener. Dans trois mois, à Calcutta, un maire, un notaire, un ecclésiastique vous précipiteront dans la couche d’un vieillard. Un vieillard vraiment très laid. -. Mais quel vieillard ?-. Sir Abraham Lumley, juge à la Cour suprême des Indes. Votre mère ne vous a jamais parlé de lui ?-. Jamais-. Le trot du 🐎 les secouait doucement. À intervalles réguliers, les lumières de Paris se reflétaient sur leurs visages. Lola était immobile, le regard fixe.

-. C’est une cachottière, d’autant que l’histoire valait d’être contée. C’est presque un roman, la manière dont ce monsieur de soixante-quinze ans s’est épris de vous. Vous vous rappelez ce petit portrait, cette miniature que vous avez envoyée à votre mère l’année dernière ? Eh bien, notre vieillard l’a vue, il a frémi, il a dit. -. Je l’épouse-. Votre chère mère n’en a pas cru ses oreilles, c’était le salut. Il est abominablement riche, vous savez. Et il a déjà commencé à payer les dettes les plus urgentes de votre mère. Il lui a prêté, le cher homme, de quoi faire le voyage de Londres. C’est avec son or que nous dévalisons les couturières et que j’achète mes cigares-. » Cecil Saint-Laurent (Lola Montes)

2 réflexions sur “L’amour en miniature

  1. Ping : L’amour en miniature — L’atelier peinture de Christine – TYT

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s