Le quartier de la Goutte-d’Or

Dans les années soixante, quand le quartier de la Goutte-d’Or était un village, j’habitais avec mes parents au cinquième étage d’un meublé, drôlatiquement nommé Hôtel franco-suisse. Nous étions trois dans une chambre de seize mètres carrés, toilettes à la turque à l’étage au-dessous, vue époustouflante sur le Sacré-Coeur, ah, le 🔥 d’artifice du 14 juillet ! Et, à la fenêtre du palier, autre vue imprenable sur le métro aérien, les toits de Paris. Avec, à l’horizon, la tour Eiffel, et son phare mystérieux. Les beaux quartiers.

50x60cm « Les quartiers nord », galerie La meilleure façon d’habiter

La rue de la Goutte-d’Or, c’était la boulangère qui faisait les meilleurs 🥐 du monde, en engueulant son mitron, c’était la brocanteuse à la perruque marron, la marchande de journaux qui fut longtemps ma baby-sitter,le ferrailleur, Jihali le coiffeur. C’était aussi le cours des Halles avec son gamin renfrogné et grognon régulièrement apostrophé par sa mère. -Robert, vas-tu écouter, oui ?-. L’hôtel franco-suisse, donc. Cinq étages cosmopolites. Il y avait là des familles espagnoles, algériennes, marocaines, la dame polonaise au premier, aucun Suisse mais des Français, mais oui, nombreux même, dont une mère Michel avec deux 🐈. Et puis Yvette. Yvette vendait ses charmes sur les pentes de Montmartre. Mais, attention, sa chambre à l’Hôtel franco-suisse, ne servait pas à son commerce. Au contraire, c’était sa 🏡, le refuge quand elle avait fini. » Malika Ferjoukh (Lire est le propre de l’homme)

3 réflexions sur “Le quartier de la Goutte-d’Or

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s