Le Shakespeare parleur

 »-. Le Shakesparleur, officiellement connu comme distributeur automatique de monologues de Shakespeare, était celui de Richard III. C’était une simple boîte à moitié vitrée avec un mannequin d’aspect réaliste, visible à partir de la taille et affublé d’un costume approprié. Pour dix pence, l’appareil débitait un court extrait de Shakespeare. On n’en fabriquait plus depuis les années trente, et ils commençaient à se faire rares. Le vandalisme et le manque d’entretien qualifié contribuaient à précipiter leur déclin.

50x60cm « D comme Desdémone, O comme Othello« 

J’exhumai une pièce de dix pence et l’insérai dans la fente. L’appareil cliqueta et ronronna doucement en se mettant en marche. Il y en avait eu un avec Hamlet au coin de Commercial Road, quand j’étais petite. Mon frère et moi harcelions notre mère pour avoir de la monnaie, et écoutions l’automate discourir de choses dont le sens nous échappait. Il nous parlait de pays inconnus. Mon frère, dans sa naïveté enfantine, avait déclaré vouloir y aller. -. A-t-on jamais courtisé une femme de cette façon ?-, demanda l’automate, roulant follement les yeux tandis qu’il levait un doigt et oscillait de gauche à droite. -. A-t-on jamais gagné une femme de cette façon ?-. Il marqua une pause pour ménager son effet. -. Je l’aurai, mais je ne la garderai pas longtemps…- » Jasper Fforde (L’affaire Jane Eyre)

2 réflexions sur “Le Shakespeare parleur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s