Le gentilhomme qui souffrait de la goutte

 »-. Si l’atroce douleur qui lui dévorait les orteils, surtout les gros, ne l’avait tant torturé depuis deux jours, jamais Jean-Georges de Sainval, vicomte de L’Hermitanie, n’aurait supporté le manège de la jeune soubrette qui virevoltait autour de son lit en tortillant de la croupe. Il suffisait d’ailleurs de lire dans le regard pétillant de cette petite gueuse pour comprendre à quel point elle se délectait de la situation. Habituée depuis six mois à être troussée sans vergogne et aussitôt possédée, dès que l’envie en venait à son maître, elle n’allait certes pas le plaindre de le voir à ce point paralysé par une aussi belle crise de goutte !

Projet 🎏 d’avril, court-bouillon de 🐟

Dans le fond, il y avait une justice et il était bien normal que le maître de céans, tout-puissant sur les quelques deux cent cinquante métayers et domestiques qui cultivaient les mille arpents de son domaine, paie pour ses turpitudes. -. Et quand bien même la goutte le tiendrait au lit tout l’hiver, personne ne s’en plaindrait !-. Tu m’as fait mal, petite cruche !-. Mais non, mais non, ce n’est rien-. Pourquoi ris-tu ?-. Je ne ris pas-. Donne-moi à boire-. Vous voulez un peu de bouillon, il en reste de midi, je l’ai vu qui mijote aux cuisines-. Va au 😈 avec ta soupe ! Tu m’as déjà vu boire de ce breuvage en plein après-midi ? Donne-moi le flacon de cognac !-. Le docteur a dit…- » Claude Michelet (Histoires des paysans de France)

Une réflexion sur “Le gentilhomme qui souffrait de la goutte

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s