Les petites horloges de la nature

 »-. Vous autres Européens, dont l’esprit de base se remplit dès l’enfance de tant de préjugés contraires au bonheur, vous ne pouvez concevoir que la nature puisse donner tant de lumières et de plaisirs. Votre âme, circonscrite dans une petite sphère de connaissances humaines, atteint bientôt le terme de ses jouissances artificielles. Mais la nature et le ❤️ sont inépuisables. Paul et Virginie n’avaient ni horloges, ni almanachs, ni 💷 de chronologie, d’histoire et de philosophie. Les périodes de leur vie se réglaient sur celle de la nature.

Ils connaissaient les heures du jour par l’ombre des 🌲, les saisons par le temps où ils donnent leurs fleurs ou leurs fruits, et les années par le nombre des récoltes. Ces douces images répandaient les plus grands charmes dans leurs conversations. -. Il est temps de dîner-, disait Virginie à la famille,- les ombres des bananiers sont à leurs pieds-. Ou bien -. La 🌃 approche, les tamarins ferment leurs feuilles-. Quand viendrez-vous nous voir ?- lui disaient quelques amies du voisinage. -. Aux cannes de sucre- répondait Virginie. -. Votre visite nous sera encore plus douce et agréable- reprenaient ces jeunes filles. » Bernardin de Saint-Pierre (Paul et Virginie)

Une réflexion sur “Les petites horloges de la nature

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s