Ci-gisent dans les bois…

 »-. Sans s’en apercevoir, il était arrivé jusqu’au bois de pins. Des ✋ pleines de sollicitude avaient orné les tombes de 👑 faites avec des branches de 🌲, et entouré le petit cimetière d’une haie vive. Des pins élancés surplombaient la combe, une jeune herbe en tapissait les versants de sa soie verte. La petite ville finissait là. Un silence triste régnait en ce lieu. La forêt bruissait doucement. Une odeur printanière de feuilles pourries et de terre flottait dans l’air. C’était là que ses frères étaient morts en braves pour que la vie fût plus belle à ceux qui naissaient.

40x50cm  »À quatre ✋ »

Ce que l’homme possède de plus précieux, c’est la vie. Elle ne lui est donnée qu’une fois. Et il doit la vivre de façon à ne pas regretter douloureusement les années inutilement vécues, à ne pas rougir de honte pour son passé lâchement mesquin, de façon qu’en mourant il puisse se dire. -. Toute ma vie, et toutes mes forces, je les ai consacrées à l’œuvre la plus sublime qu’il soit. À la lutte pour l’affranchissement de l’humanité. Et il faut se hâter de vivre. Car une maladie absurde ou un hasard tragique peuvent en rompre le cours-. En proie à ses pensées, il quitta le cimetière… » Nikolaï Ostroviski (Et l’acier fut trempé…)

2 réflexions sur “Ci-gisent dans les bois…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s