Pas trop coulant, juste fondant…

Dis, Christine, si tu m’expliquais ta nouvelle technique, celle qui consiste à faire une sorte d’abstrait pas trop abstrait, un peu figuratif mais sans excès…-. . À ta disposition, avant tout il faut savoir  »se lâcher », prendre du plaisir et surtout terminer rapidement la toile, tel un soufflé au fromage, l’inspiration n’attend pas, sinon elle retombe…- On commence par quelques pressions de tubes de couleurs sur le support, du blanc plus une ou deux couleurs pétantes en moindre quantité, on malaxe grossièrement au 🔪. Le séchage (au sèche-cheveux) est complexe, le mélange ne doit pas être trop coulant, juste fondant. -. Comme le camembert ?-. Comme le camembert fait à ❤️…-

Bref, le fond est prêt, on débute par la partie supérieure, en posant sa composition par applats de couleur au 🔪, dans le sens vertical. Attention, pas plus de cinq ou six couleurs, dont celles du fond, qui serviront pour poursuivre par  »coulées’ sur la partie inférieure. C’est fini. Enfin, presque, le reste est du remplissage, pointillisme en haut et légers traits au pinceau pour le bas. Ou le contraire. On ajuste quelques détails pour donner de l’allure, on trace quelques lignes pour donner de la perspective, on signe, on assume. Là, c’est vraiment terminé, en trois heures maximum. Pause-café comprise. Au travail, on va bien s’amuser !

40x50cm  »Sous le ☀️ », galerie La meilleure façon d’habiter

Mon conseil. -. Cet exercice est excellent pour prendre confiance en soi. On le débute tel un jeu, dont on ne connaît pas la solution. Si l’on perd, on ne perd pas grand chose, et on a le droit de rejouer. Si on gagne, le tableau est instinctif, coloré, structuré. Il est alors temps de lui trouver un titre. Car vous l’aviez compris, on avance sans plan préconçu, mais avec, tout de même, une petite idée derrière la tête… Débutants, s’abstenir ! -. La clé du succès, c’est la rapidité, tout du moins pour la première partie, qui consiste à poser les tâches de couleurs, après on peut fignoler. Perfectionnistes, s’abstenir ! -. Pour tous ceux qui s’inquièteraient de rater un fond coulant comme le camembert à point, on peut aussi travailler à sec… Mais alors les couleurs sont moins fondantes. Et, partant, moins savoureuses…

3 réflexions sur “Pas trop coulant, juste fondant…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s