Symbiose, Entre ville, et mer

 »-. Rarement, en effet, avais-je vu une telle intimité entre une ville et la mer. L’une semblait naître de l’autre, telle Vénus sur sa coquille. Une petite rue étroite, pavée de galets blonds, sortait bel et bien de l’onde, et l’on eût à peine été surpris d’y voir grimper un triton, une sirène. Nous la gravissions, enchantés.

Projet Viens chez moi j’habite chez une copine,  »Dans les Cyclades »

Plus haut, après avoir passé sous une porte monumentale, la ruelle débouchait sur une voie plus large et perpendiculaire, traversant toute la ville. Les trottoirs étaient faits de mosaïques en camaïeu, noir et blanc, pareilles aux mosaïques romaines dans les rues d’Ostie. Plus d’ânes que de voitures sur les petits pavés, et presque pas d’automobiles. Les femmes vêtues de noir comme les paysannes de l’ Épire, et comme elles portant des bandeaux sur la tête ou filant la laine au fuseau. Les 🏠 étaient basses, enduites à la chaux des couleurs les plus gaies. Une place circulaire servait de parvis à une église baroque de style jésuite, toute tarabiscotée de volutes rose et vertes. Rococo, l’intérieur l’était plus encore, où il fallait se faufiler entre les fidèles à genoux, bras en croix, les hommes sur un journal pour protéger le pantalon, la serviette d’affaires autour d’eux. Ce n’était que festons, et dorures, et clinquant. » Vercors (Sillages)

Une réflexion sur “Symbiose, Entre ville, et mer

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s