Journal intime

 »-. Quand on a commencé à écrire son journal sur un cahier d’écolière, avec une plume qui grattait, pour le continuer sur papier glacé, teinté de mauve, avec une plume cerclée d’or, on se demande si l’on n’a pas aussi changé de ❤️, d’âme. Certes, je vais sans doute aligner des phrases délicates, puisque je vois, sur ma ✋ qui écrit, s’éparpiller les paillettes lumineuses de mon gros diamant. Et que mon coude glisse sur la nacre de mon écritoire et que le sable qui essuiera ma page est un sable d’or.

Je voudrais avoir des pensées aussi précieuses que tout ce qui m’entoure, aussi légères que la dentelle de mon déshabillé, aussi ornées que mon chandelier de cristal, aussi douces que la fourrure de lynx sur laquelle j’appuie mes pieds nus. Eh bien ! Non, je suis plutôt triste. Un rien me fait battre le cœur, ❤️ comme si j’attendais que quelque chose se produise. Je redoute un bouleversement, et je l’espère. Mon amant est mon esclave, plus beau et plus doux que j’aurais pu l’imaginer. Et pourtant, le souffle m’a manqué, quand j’ai reconnu, ce matin, sur un billet, l’écriture de Thomas… Il y a des mois que j’apprenais à oublier Thomas. Pourtant, il m’arrivait encore d’ordonner un détour à mon cocher pour passer devant la façade jaune et tachée de l’hôtel Saint- Quentin. Je comprends que d’autres regrettent des lieux où ils ont été heureux. Est-ce que j’aurais du goût pour le malheur ? » Cécil Saint-Laurent (Lola Montes)

Une réflexion sur “Journal intime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s