Oeil-de-pieuvre

 »-. La pieuvre ouvre un oeil bombé, gros comme une tête de 🐱. D’un rouge trouble, vert au milieu, il luit et chatoie d’une lumière vivante. La pieuvre agite des dizaines de tentacules qui se tordent comme des 🐍, leurs écailles font un bruissement ignoble. La pieuvre avance. Pavel la voit presque à hauteur de ses yeux, ses tentacules rampent sur son corps, ils sont froids mais brûlants comme des orties. La pieuvre sort son dard, il s’enfonce, telle une sangsue, dans la tête et, se rétractant convulsivement, suce le sang.

Projet Je suis Miro de toi, œil-de-Miro

Pavel a l’impression que son sang se transfuse dans le corps enflé de la pieuvre. Le dard pompe, pompe sans arrêt, et là où il a pénétré la douleur de tête est intolérable. -. Et bien, son pouls ?-. Cent trente-huit. Il a trente-neuf cinq  de fièvre et n’arrête pas de délirer-. Pourquoi a-t-il si chaud ? Sa mère aura allumé le four, sans doute. Mais voilà que les voix reprennent. -. À présent, son pouls marque cent vingt-deux-. Boire, ah, comme il a soif ! Il va se lever, boire tout son soul. Mais pourquoi ne se lève-t-il pas ? Il veut bouger, son corps refuse d’obéir. Sa mère va lui apporter de l’eau à l’instant. Il lui dira. –À boire !-. Quelque chose bouge à côté de lui. Serait-ce la pieuvre ? La voilà, voilà la lueur rouge de son œil… » Nikolaï Ostroviski (Et l’acier fut trempé…)

Une réflexion sur “Oeil-de-pieuvre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s