Les Commentaires de Jules César

 »-. Lagneau, à qui sa mère donnait des fortunes, c’est-à-dire cinq francs par semaine, avait trouvé, dans la boîte d’un bouquiniste, trois fascicules de Buffalo Bill, au prix de un franc les trois. Il lui restait tout juste un franc, car il s’était gavé la veille de caramels mous. Il s’empara aussitôt des fascicules, mais il découvrit au fond de la boîte un petit livre jauni par le temps, qu’il eut la curiosité d’ouvrir. C’était la traduction française des Commentaires de César, avec, en bas de page, le texte latin. Il n’hésita qu’une seconde, et sacrifia Buffalo Bill à Jules César, car il avait le sens des réalités. Le lendemain matin, à la première étude, il déposa sur mon pupitre cette liasse de feuilles jaunies, qui allait être pour nous aussi utile qu’une rampe dans un escalier.

30x40cm  »Diplômée es études », collection privée

Il faut dire, sans modestie, que je sus m’en servir habilement. Après avoir retrouvé le chapître d’où était extraite notre version latine de la semaine, j’en recopiais la traduction. Mais afin de ne pas éveiller la méfiance maladive de notre professeur, je crédibilisais nos devoirs par quelques fautes. Pour Lagneau, deux contre-sens, deux faux-sens. Pour moi, un faux-sens, une erreur sur un datif pris pour un ablatif. J’eus une heureuse surprise lorsque je fus classé troisième, tandis que Lagneau était onzième. Je compris alors que mes tricheries m’avaient grandement profité, en développant mon goût du travail, et mon ingéniosité naturelle. » Marcel Pagnol (Le temps des amours)

2 réflexions sur “Les Commentaires de Jules César

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s