Anne-Marie en retraite et en prières

 »-. Les deux lits-coffres, avec l’horloge entre eux, tenaient le fond de la salle. La fumée les avaient fait aussi bruns qu’un tison. Sous le fronton ornementé d’épis pendait une bande d’étoffe violette, et des rideaux de même coulissaient sur des liens. Comme les paillasses, couettes et couvre-pieds montaient à mi-hauteur, clapi là, on s’y trouvait au chaud, l’hiver. Il fallait bien, les cloisons n’étaient que de larges planches, celles des grands 🌲 d’alors. Et par leurs disjoints passaient des vents coulis qui vous tailladaient la peau.

50x60cm  »Les larmes d’Or », Galerie chaos

Anne-Marie dormait dans la chambre haute. Le matin, elle voyait les noirs sapins se démener au bout des pacages que des flaques de neige parsemaient ainsi qu’une lessive étendue. Les ☁️ passaient, passaient, se poussant au-dessus de ce canton désolé, où le jonc jauni sifflait entre les roches. Il lui semblait soudain qu’ici sa vie se rétrécissait, qu’elle était plus loin de son petit enfant perdu. Tout le jour, son carreau de dentellière sur les genoux, elle travaillait à un voile de tabernacle qu’elle voulait offrir à l’église. Ce métier de dentellière a été inventé par un saint, saint François Régis. Anne-Marie l’aimait parce qu’il réservait la liberté de la songerie. Mais être plus raisonnable, cela signifie simplement avoir le ❤️ plus sûr ! Beau ❤️ aimant, qui n’avait plus personne à qui se prendre... » Henri Pourrat (Gaspard des montagnes)

Une réflexion sur “Anne-Marie en retraite et en prières

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s