Je suis riche d’une vache !

 »-. Le moulin était dans un fond assez humide. Triste campagne de joncs, de gentianes, livrée à toute la bise. À l’arrière-saison, quand revenait la 🌃, on y voyait danser des 🔥 follets hauts comme une gerbe de paille. Parmi les fondis d’eau rousse et les roches dans le gazon broui, le pavage remonte vers les bouquets de 🌲 espacés d’une lisière incertaine. Sous ses solives fendues, la 🏡 gardait une odeur de petit-lait et de vermoulure. Comme jadis, on y mangeait la soupe trois coups le jour. De 🐐, des noix, des pommes. On la laissait courir, la viande !

La mère, une vieille au visage jaune, tout peaux et rides, se serait mise en quatre quartiers pour Madame Anne-Marie, grâce à qui l’on avait à nouveau une 🐄. Le jour où il avait fallu vendre la sienne restait le plus mauvais jour de sa vie. Cette misère, alors ! On vivait toute une semaine sur une tête de brebis donnée par quelque voisin. Et la vieille jeûnait pour quelques sous, au bénéfice de telle ou telle, quand le sorcier ordonnait à une femme de passer trois jours au 🍞 et à l’eau pour obtenir la guérison de son homme, elle prenait le jeûne à son compte. -. Si encore j’avais pu boire chaud… Mais cette eau froide !- . Une 🐮, autant dire le bien-être et l’honneur retrouvés ! Ha ! Madame Anne-Marie s’était montrée bonne pour elle ! » Henri Pourrat (Gaspard des montagnes)

Une réflexion sur “Je suis riche d’une vache !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s