On m’a volé mon enfant !

 »-. Eh bien, tout allait son train lorsque, à la fin de l’après-midi, deux hommes s’étaient présentés au portail, l’un qui jouait de la vielle, l’autre qui montrait un 🐒 habillé d’écarlate comme un général anglais. Les gens de la 🏡 s’étaient attroupés sous le tilleul. On riait tant qu’un des valets alla quérir la Fanchon. Elle ourlait des serviettes près du petit Henri, qui venait de s’assoupir. Il dormait donc là, bercé. La Fanchon avait dix-neuf ans , et c’était le temps de la folie où l’on pense plus à un mari qu’à ses maîtres. -. Allons, viens d’un saut ! Faut voir les tours de ce singe…-. Elle y alla.

30x40cm  »Baby-sitting », collection privée

On a su par une femme qui, en paissant sa 🐮, tomba sur eux au milieu des fougères, qu’une vieille se trouvait avec les deux comédiens. Assis à cent pas du 🏰, ils mangeaient du 🍞 et du fromage comme pour passer le temps. Lorsque ces montreurs de bêtes virent tout le monde autour d’eux, ils durent jouer un air convenu. La vieille alors entra, traversa la cour, monta en haut. Là, elle n’eut qu’à prendre dans son tablier le bébé qui dormait à poings fermés, tout rose, tout ronronnant. La Fanchon revient, trouve la porte ouverte, le berceau vide. Puis elle a changé de figure. Un quart d’heure après, les gendarmes étaient dans le chemin du bois. » Henri Pourrat (Gaspard des montagnes)

Une réflexion sur “On m’a volé mon enfant !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s