Vivre libre, ou mourir

 »-. Si les hommes ne font pas trop les sourds, ils entendent les bêtes crier -. Vive la liberté !-. Plusieurs d’entre elles meurent aussitôt qu’elles sont prises. Comme le 🐟 quitte la vie en même temps que l’eau, de même elles quittent la lumière et ne veulent pas survivre à leur indépendance naturelle. Si les animaux avaient quelque privilège les uns sur les autres, ils feraient de celui-là leur titre de noblesse. Les autres bêtes qui sont prises, des plus grandes jusqu’aux plus petites, livrent une telle résistance, à coups d’ongles, de cornes, de becs, qu’elles montrent clairement le prix donné à ce qu’elles perdent.

50x60cm  »Ouvrez la cage aux 🐦 », vendu

Puis, étant prises, elles nous donnent tant de signes évidents de la conscience qu’elles ont de leur malheur, qu’on peut voir qu’elles languissent plus qu’elles ne vivent, et qu’elles continuent à vivre pour regretter leur bonheur perdu plutôt que de se complaire à la servitude. Que faut-il dire alors ? -. Même les boeufs sous le poids du joug, geignent . Et les 🐦 dans la cage se plaignent-, comme je l’ai dit autrefois, quand je passais mon temps à faire des rimes en bon français… » Etienne de la Boétie (Discours de la servitude volontaire)

Cc

Une réflexion sur “Vivre libre, ou mourir

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s