Bouddha disait…

 »-. Il y a deux mille cinq cents ans. Bouddha arrive et dit. – Oui, vous avez raison, la recherche constante du plaisir et le rejet des états émotionnels négatifs sont bien la cause de la souffrance humaine. Mais (et c’est un gigantesque mais) il faut regarder plus loin que ça, plus loin que ces choses que l’on désire ou que l’on rejette. Il faut se concentrer sur la racine de tout, nos sensations physiques. Car, à la base de tout désir, à la base de tout rejet, on peut trouver une sensation dans le corps-.

Si on apprend à observer cette sensation, qu’elle soit positive ou négative, sans réagir, calmement, doucement, avec équanimité, on peut alors mettre un terme à la souffrance. Parce que toutes nos sensations physiques sont passagères. Tout passe, toute forme est vouée à changer. C’est le principe de l’impermanence. Au fond, ce ne sont pas nos sensations physiques positives ou négatives qui nous poussent à rechercher les plaisirs ou à éviter la souffrance, c’est notre attachement à ces sensations. C’est notre tendance à réagir compulsivement à ces sensations, sans leur laisser le temps de repartir d’elles-mêmes. Ça paraît peu de choses, dit comme ça…  » Jonathan Lehmann (Journal intime d’un touriste du bonheur)

Une réflexion sur “Bouddha disait…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s