Langue de vipère

 »-. La Léontine Béchade n’était pas une mauvaise femme. Vaillante, de bon service, elle n’était jamais la dernière pour aider les âmes en peine. Beaucoup aimaient aller la voir pour lui raconter leurs soucis. Elle adorait ça. Chez elle, sous le regard amusé de sa sœur, elle recevait toute la misère morale de la contrée. Un jour, c’était une histoire d’adultère, une autre fois, un problème d’héritage. À la moindre 🐮 crevée ou un 🐑 à cinq pattes, on se précipitait chez la grosse afin de recevoir la bonne parole, le bon conseil qui vous requinquait pour un temps.

Projet picassez-vous la tête

Elle était laide, souillon, à telle enseigne que beaucoup affirmaient que c’était elle qui salissant ses 🐷. Mais son plus grand défaut, c’était sa 👅. Les confidences qu’on pouvait lui faire étaient 🍞 béni. Ah ! Elle avait du grain à moudre. Et patati, et patata ! Cette pipelette n’arrêtait pas une seconde. Rien de ce qui se passait dans le pays ne pouvait lui échapper. Dès qu’elle apprenait une nouvelle, son ❤️ battait la chamade. Dans la minute qui suivait, elle laissait les 🐷, sa sœur, et se plantait sur le bord du chemin dans l’espoir d’annoncer la dernière. C’était sa drogue. » Pierre Retier (Marie des Landes)

Une réflexion sur “Langue de vipère

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s