La partie de đŸŽŁ

 »-. La vie reprit son cours, plus gaie, plus grande, au cours d’un Ă©tĂ© trĂšs chaud, si chaud que Julien proposa, un dimanche aprĂšs-midi, de se rendre au bord de la Dordogne pour se rafraĂźchir, profiter de l’eau comme le faisaient la plupart des gens de Souillac. Elle accepta, Ă  condition de ne pas se baigner pour ne pas s’Ă©loigner de son fils qui dormirait dans son panier, Ă  l’ombre. En rĂ©alitĂ©, elle ne pouvait accepter de se dĂ©vĂ©tir, si peu que ce fĂ»t, devant son Ă©poux et ses amis maçons qu’il Ă©tait question de rejoindre lĂ -bas.

Projet 🎏 d’avril, le 🐟-pĂȘcheur

À l’extrĂ©mitĂ© des prairies, la riviĂšre coulait entre deux plages de galets, qui finissaient sous des grands peupliers, des chĂȘnes et des frĂȘnes. C’est lĂ  qu’ils retrouvĂšrent les familles du chantier, les femmes discutant en s’occupant des enfants, un peu mal Ă  l’aise de rester inactives alors qu’elles travaillaient depuis leur plus jeune Ăąge, les hommes pĂȘchant dans les courants des barbeaux et des truites, que tous mangeraient le soir, aprĂšs les avoir fait griller sur des đŸ”„ de brindilles. » Christian Signol (Pourquoi le ciel est bleu)

Une réflexion sur “La partie de đŸŽŁ

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s