Moi et mon ðŸ’·

 »-. Quelque chose ou quelqu’un nous retient, en tout cas une ✋ lourde et sereine nous lie les uns aux autres, nous procurant la lumière de la patience. Le vent du matin apporte la santé aux infirmes et ouvre les portes aux fidèles. En ce moment, il tourne les pages du 💷 et réveille une à une les syllabes. Des phrases ou versets se lèvent pour dissiper la brume de l’attente. J’aime ce vent qui nous enveloppe et nous retire le sommeil des yeux. Il dérange l’ordre du texte et fait fuir les insectes collés aux pages grasses.

50x50cm  » À 💷 ouvert », galerie Chemins de spiritualité

Je vois un 🦋 de 🌃 s’échapper des mots manuscrits. Il emporte avec lui quelques images inutiles. Je vois une hirondelle qui essaie de se dégager d’un magma de mots enduits de cette huile rare. Je vois une chauve-souris battre de l’aile au lointain du 💷. Elle annonce la fin d’une saison, peut-être la fin d’une époque. Le vent qui feuillette le livre m’enivre, il m’emmène sur le haut de la colline, je m’assieds sur une pierre et regarde la ville. Tout le monde semble dormir comme si la cité entière n’était qu’un immense cimetière. Et moi, en ce ce lieu inaccessible, je suis seul avec le 💷 et ses habitants. J’entends le murmure de l’eau, c’est peut-être un ruisseau qui a trouvé son chemin dans les pages du 💷, il traverse les chapitres, l’eau n’efface pas toutes les pages. Est-ce l’eau qui résiste, ou l’eau qui choisit ses passages ? » Tahar Ben Jelloum (L’enfant de sable)

2 réflexions sur “Moi et mon ðŸ’·

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s