Belle comme une rose bleue

 »-. Notre-Dame-de-Paris est belle, elle a cessé d’être un chantier, la cathédrale est achevée. Finie l’oeuvre qui, depuis quatre-vingt ans, donne tant de soucis aux évêques successeurs de Maurice de Sully et au chapitre. Ce n’est pas trop d’une vie d’homme pour bâtir l’immense vaisseau capable d’abriter, sinon toutes les ouailles du diocèse, du moins la plus grande partie d’entre elles.

6060cm  » La rosace de la chapelle Sainte-Christine »

Mais que se passe-t-il ? Voilà qu’à nouveau, du côté Nord, vers le cloître, s’assemblent maçons et plombiers. À nouveau, on édifie la loge des outils, la chambre aux traits où le maître de l’oeuvre -c’est un homme du domaine, Jean de Chelles- va tracer plans et épures. À nouveau les longues tables que les maîtres verriers vont enduire de craie pour dessiner le l’avis des vitraux. La cathédrale n’est pas terminée. On a décidé d’agrandir le transept et de l’éclairer d’une immense rose aux tons bleus, miroir de science dédié à Notre-Dame-de-Paris. Et la vie reprend. Plus effervescente que jamais. » Régine Pernoud (La reine Blanche)

Une réflexion sur “Belle comme une rose bleue

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s