Le bouquet de violettes

 »-. Et il avait vu des fleurs. Et ces fleurs, pour une raison ou une autre, se vendaient aux uns, aux autres. Et son front se rida, et le souvenir récalcitrant se mit à remonter jusqu’à son front, tel un noyé émergeant d’une eau trouble. C’était ça, c’était bien ça ! Dans le monde ancien, inouï, de sa jeunesse, il était communément admis que l’on offrait des fleurs aux dames ! -. Qu’est-ce que c’est, comme fleurs ?-. Des violettes, pardi ! Un rouble le bouquet.-

60x60cm « A l’étal du fleuriste« , galerie Dites-le avec des fleurs

Des violettes… Ces mêmes violettes poétiques ? Ce n’était pas ainsi qu’il se les rappelait. Les petites tiges auraient dû être plus élégantes, plus élancées, et les fleurs plus en forme de clochettes. Mais peut-être avait-il oublié. Ou bien peut-être était-ce une variante locale. Quoi qu’il en soit, il n’y en avait pas d’autres. Et maintenant que le souvenir lui était revenu, non seulement il devenait absolument impossible d’aller voir Véga sans lui apporter des fleurs, mais encore il avait honte à la pensée qu’il aurait pu tranquillement y aller ainsi, sans fleurs. Oui, mais combien fallait-il donc en acheter ? Un bouquet, c’était bien peu. Deux, c’était aussi un peu maigre. Trois, quatre ? Un peu cher. » Alexandre Soljenitsyne (Le Pavillon des cancéreux)

2 réflexions sur “Le bouquet de violettes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s