Le jeu de l’amour et de la danse

 »-. C’est toujours au cours d’un slow que l’on conclut un rendez-vous dans un hôtel voisin. Lili n’a jamais fait autrement pour, selon l’endroit, ramener dans ses filets l’amant idéal pour une heure ou deux, qu’il soit désintéressé ou non. Le fait d’avoir quelquefois payé les faveurs de ses amants ne lui a jamais posé le moindre problème. Et, dans certains cas, elle a trouvé cela plus agréable, et plus confortable. Pas besoin de jouer la passion, tout est clair. -. Je paie, tu baises-. Et puis, cela dépanne parfois de bien gentils jeunes gens !

Projet 🎏 d’avril, la 🎣 au gros 🐟

Mais, le plus souvent, Lili n’a pas besoin d’ouvrir son porte-monnaie pour être aimée. Il ne manque pas de sémillants sexagénaires que sa blondeur, sa poitrine opulente et ses jambes fines attirent pour elles-mêmes. Ce n’est pas que Lili recherche systématiquement une aventure chaque fois qu’elle va danser, non. Mais cela fait partie des choses possibles, souhaitées même. Cela ajoute du piquant à la plus banale danse. -. Avec celui-ci ? Ou bien celui-là ? Le grand maigre ? Ou le petit trapu ? Le jeune boutonneux, ou ce monsieur à l’air important qui essaie vainement de rentrer son ventre ?-. Elle en fait un jeu. » Régine Desforges (Lili et les thés dansants)

Une réflexion sur “Le jeu de l’amour et de la danse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s