J’ai trempé ma plume dans la fiente

 »-. Vous êtes donc avertis. Vous en valez deux. Je me responsabilise à limites. Ce 💷 est écrit à la fiente, d’une plume dégueulasse qui brave l’honnêteté, les usages courants, la moindre politesse. Ça me vient de la prison, pauvre de moi ! De la lenteur des jours… Des 🌃 derrière vos barreaux. Vous passez, vous, devant ces hauts murs d’un coeur léger sans vous rendre compte, l’âme à vos soucis, vos amours. C’est tout naturel, je ne vous reproche rien.

120x40cm « L’étagère aux livres« , vendu, galerie Chemins de spiritualité

Seulement, je ne pouvais pas, vraiment pas, pour vous faire plaisir, vous bercer, remplir mon stylo à l’eau de rose bénite… Vous raconter toutes ces histoires de malfrats et de châtiments, de cordes, de sacs, de chaînes en langage prix Fémina… Bouche en cul en cul de rombière à la chlorophylle, délicieux petits fours ! Charmante soirée et la ✋ de mon neveu dans la culotte d’un grand penseur… Poésie, je veux ! Finesse ! Exil à Capri ! – Madame la duchesse, voyons donc, j’étais au placard, remettez-vous… Mille excuses, hommages… Veuillez agréer…- » Alphonse Boudard (La 🍒)

Une réflexion sur “J’ai trempé ma plume dans la fiente

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s