Pendez-les haut et court pour ces mauvaises nouvelles

 »-. Ce fut d’abord des on-dit, des récits qui firent hausser les épaules. Le chroniqueur anglais Mathieu Paris, toujours bienveillant, affirme même que les premiers qui les  colportèrent furent pendus haut et court. Leurs paroles étaient sacrilèges et leurs assertions défaitistes, propres à décourager ceux qui se préparaient à rejoindre les Croisés. Quoi qu’il en soit, les lettres qui ne tardèrent pas à parvenir d’Orient confirmèrent bientôt les pires nouvelles. – La splendide armée du Christ était anéantie, les vainqueurs de Damiette gisaient sans vie sur les rivages du Nil ou, ce qui ne valait guère mieux, étaient captifs dans les geôles sarrazines, attendant la mort d’une heure à l’autre. -.

50x50cm « L’arbre aux pendus », galerie La vie rêvée des 🌲

Toute la France fut plongée dans la douleur et la confusion. Tant les clercs que les chevaliers s’abîmèrent dans la plainte, ne voulant pas recevoir de consolations-. Une sorte de deuil public s’étendait sur le pays. Plus de danses, plus de poèmes, plus de parures. Chacun prenait part aux malheurs, -toute joie fut changée en douleur-. La reine Blanche, en dépit de sa force d’âme, en fut quelque temps anéantie, brisée. Son fils Robert mort à Mansourah, ses autres enfants prisonniers du sultan, les forces chrétiennes dispersées, humiliées… À mesure que parvenaient les détails, l’horreur des épreuves encourues par les Croisés apparaissait plus complète, plus noire. » Régine Pernoud (La reine blanche)

Une réflexion sur “Pendez-les haut et court pour ces mauvaises nouvelles

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s