Hors de Constantinople, bouter les Anglais !

 »-. Le 23 février 1807, nous étions prêts. Six cents canons défendaient désormais l’approche du Sérail, de la Corne d’Or et du port de Constantinople. Dans la journée, le Bey se rendit à bord du navire amiral anglais pour conférer. Mais, au lieu des altermoiements et des gémissements qu’il avait fort habilement dosés ces derniers jours, il transmit un message régalien. Le Sultan ne traiterait pas sous la menace du canon, il refusait tout pourparler tant que les Anglais n’auraient pas repassé les Dardanelles.

40x50cm  » L’invincible Armada », galerie Laissez-moi vous conter la mer

Le lendemain, dès l’aube, le Sultan me faisait convoquer en haut de la Tour de Justice. Je retrouvais scrutant, à la lunette, l’horizon marin. Le vent du nord-est avait cédé et la flotte anglaise, poussée par un fort vent du sud-ouest, cinglait vers Constantinople. L’heure de l’épreuve décisive avait sonné. Les cours et les jardins du Sérail étaient noirs de monde. Chacun à son poste attendait l’assaut. La flotte anglaise se rapprocha. Nous distinguions déjà les écoutilles ouvertes, les canons pointés sur nous, les serveurs la mèche allumée. Alors se produisit l’inexplicable. La flotte anglaise vira soudain de bord et se dirigea vers le large. Nous crûmes d’abord à une manœuvre… Alors la clameur unique, comme sortie d’une énorme poitrine, cette clameur qui rassemblait tous les souffles, toutes les voix de Constantinople, monta vers nous. Le peuple avait compris qu’il était sauvé. » Michel de Grèce (La 🌃 du Sérail)

Une réflexion sur “Hors de Constantinople, bouter les Anglais !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s