Le Canada de mes jeunes années

 ».- Allez les gars, on repart ! Faut bien amener cette fichue barque dans son élément. On n’a jamais vu un ⛵ flotter dans la forêt !-. Ils s’enfoncèrent de nouveau dans la forêt. Elle était de plus en plus épaisse. Ils bataillèrent pendant plus d’une heure à travers des fourrés épais, dont les longues tiges couvertes d’épines leur griffaient les ✋ et le visage. Ils se relayaient pour porter la barque, deux par deux. Cela lui rappela de vagues souvenirs de lecture d’enfance. Il se demanda si c’était dans Fenimore Cooper ou d’autres romans qu’il avait lu des scènes de portage au Canada. Ou sur le fleuve Saint-Laurent, ou dans cette contrée dont le nom seul, depuis tant d’années, évoquait toujours le même rêve, déclenchait toujours le même frisson enchanté : la Colombie britannique. Il sourit en lui-même, il était incorrigible, pourquoi les 💷 constituaient-ils une part aussi importante de sa vie ? C’était ainsi. Fallait-il qu’il le regrette ? Sûrement pas, l’essentiel n’était-il pas d’avoir un stock de beauté disponible, toujours à portée d’âme ? » Jean-Louis Magnon (Le Mas des Peurs)

50x60cm « La Huronne parée de plumes »
40x40cm « Ruses de Sioux »

Tout est écrit, tout est dit. Tout ce que je ressens le nez et le ❤️ dans mes livres, surtout ceux qui me rappellent mon enfance, mon adolescence, mes jeunes années, sachant que plus on avance en âge, moins les sentiments littéraires imprègnent… Bref, à quoi bon disserter, tant d’autres ont décrit bien mieux que moi le monde imaginaire qui rôde autour des rayonnages d’une bibliothèque… Certes, il me reste la peinture pour exprimer cette émotion à nulle autre pareille – la beauté disponible à portée d’âme…-

Projet Viens chez moi j’habite chez une copine,  »sous le Tipi »
40x40cm « Tipi« 

Mon conseil. -. Lire, lire et relire. Bienheureux ceux, et je fais partie de ce cercle de privilégiés, qui s’évadent ainsi dans un monde imaginaire et retrouvent ainsi leur âme d’enfant, à supposer, et là aussi je fais partie dudit cercle de privilégiés, qu’ils l’eussent perdu… -. Dis, Christine, moi je n’aime pas lire !-. Aïe , je ne peux rien pour toi !-

50x40cm Grand Chef sur le sentier des fleurs

4 réflexions sur “Le Canada de mes jeunes années

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s