L’enfant de l’amour et de la guerre

 »-. Mes chers parents, qui sait si je reviendrais de cette guerre ? C’est avec cette pensée que je pars, et je ne veux pas le faire sans vous parler d’une jeune fille que vous ne connaissez pas, sinon de vue, parce qu’elle venait chaque année aux vendanges. Elle s’ appelle Mariana Mirales, elle ne m’a jamais rien refusé, sinon, par fierté et par orgueil, de venir jusqu’au 🏰 avec moi. Tout ce qu’elle possède, c’est-à-dire son ❤️ et son corps, elle me l’a donné. Si de cet amour naissait un enfant, je veux qu’il soit recueilli comme le mien et que l’accueilliez comme il se doit. Je vous embrasse avec toute mon affection et en espérant revenir très vite, votre fils attentionné, Jean-.

Projet nativité

Inutile d’écrire que je fus debout de bonne heure le lendemain, et que je rejoignis les vendangeurs alors qu’ils venaient d’arriver sur la colline. Dès l’instant que je la vis, je sus qui elle était, à cause de ses cheveux châtains bouclés et des yeux noisette qu’elle leva sur moi. – Elle s’appelle comment, votre fille ?-. Elle s’appelle Jeanne-. Je ne vis plus bien, tout à coup, et je tombai sur le sol, en ayant la sensation qu’il venait à ma rencontre à une vitesse folle. -. Vous vous appelez Mariana Mirales, n’est-ce pas ?-. Oui, Madame-. Et vous avez bien connu mon fils…- » Christian Signol (Tout l’amour de nos pères)

Une réflexion sur “L’enfant de l’amour et de la guerre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s