Constantinople, oh ma belle !

 »-. Nous croisâmes au large de Carthage, qui m’apparut comme un amas de ruines, de colonnes renversées sur une côte plate et aride. Nous dûmes effectuer un détour pour éviter l’île de Malte et ses maîtres, des chevaliers chrétiens qui n’hésitaient pas à donner la chasse aux pirates. Puis nous longeâmes la côte de Libye et aperçûmes Tripoli avant d’obliquer vers la Grèce. -. Les Turcs ont bâti un des plus grands empires de tous les siècles. Les tribus affamées dont ils sont issus quittèrent leurs montagnes déshéritées d’Asie centrale. Et, en moins de trois siècles, se rendirent maîtresses d’un territoire qui s’étendait de l’Inde jusqu’à l’Autriche. Au passage, elles avaient adopté la religion musulmane. l’Empire n’est plus ce qu’il était. Tout de même, il continue de contrôler des territoires qui vont de l’Atlantique à la Perse, de Belgrade au Soudan-.

50x60cm « Les toits d’Istanbul », galerie Bons baisers de

Nous franchîmes le détroit des Dardanelles, nous approchions de Constantinople. La pensée de ce harem où m’attendait la réclusion à vie ne me réjouissait guère, comme déjà nous pénétrions dans la Corne d’Or. -. C’est un palais dans un palais, un Etat dans l’État. C’est une ville dont les habitants ne sortent jamais. Elle a ses propres lois, ses intrigues, ses drames. Aucune information, aucune rumeur ne filtre hors de son enceinte. Mieux vaut ne pas s’en approcher. Mieux vaut ne pas chercher à savoir ce qui s’y passe-. » Michel de Grèce (La 🌃 du. Sérail)

Une réflexion sur “Constantinople, oh ma belle !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s