Le đŸ”Ș Ă  PEINDRE n’est pas un đŸ”Ș Ă  beurre

Traduisez, on ne tartine pas la peinture sur toile comme beurre sur biscotte… Ceci Ă  l’usage de l’une de mes dĂ©butantes, que l’usage du đŸ”Ș fascine, pour sa vitesse d’exĂ©cution, et  »sa facilitĂ© »… Facile, vous avez dit facile ? Que nenni. Rapide, certes, lorsque, avec un peu d’expĂ©rience, le coup de poignet est vif et sans bavure. Facile, non, car ledit instrument s’exerce en relief, en Ă©paisseur, en couleurs mĂ©langĂ©es voire mixĂ©es, donc en subtilitĂ©.

Loin de moi l’idĂ©e de vouloir te dĂ©courager, mais la technique du đŸ”Ș Ă  PEINDRE s’apprĂ©hende avec un minimum de donnĂ©es techniques. D’abord, on choisit le bon ustensile, celui qui s’adapte Ă  sa propre sensation, car il faut sentir le couteau et lui faire confiance, tel un guerrier dont la vie dĂ©pendrait du tranchant de son arme blanche. Je le prĂ©fĂšre en plastique, plus souple que l’acier, mais qui peut toutefois se briser d’un coup net… De petite taille, pour fignoler les dĂ©tails. Plus que mon pinceau, il est alors le prolongement, le complice de ma ✋. Que tout ceci ne t’empĂȘche pas d’essayer, et surtout de rĂ©ussir, avec l’instrument de ton choix… Car tout est dans la tĂȘte, dans l’apprentissage, et dans la motivation !

40x50cm  »Sur un tapis de fleurs d’automne », galerie DĂźtes-le avec des fleurs, techniques đŸ”Ș Ă  PEINDRE et pointillisme

Mon conseil. Tu dĂ©butes ? Mets tous les atouts dans ton jeu. Fais tes premiers essais sur une vieille toile, prĂ©alablement marouflĂ©e d’un papier de soie froissĂ©, qui donnera de la texture, et un sens pour placer tes coups de đŸ”Ș. Opte pour un tracĂ© facile, Ă  peine reconnaissable, et reste dans le flou, sans appuyer sur les contours. -. Il faut suffisamment de matiĂšre, la technique ne supporte pas l’indigence… ni d’ailleurs l’arrogance, c’est une question de dosage. -. Plus que toute autre technique, le đŸ”Ș est imprĂ©visible. Il est difficile de copier. Autant le rĂ©server Ă  des travaux crĂ©atifs… -. En mixant plusieurs techniques, dont celle du đŸ”Ș, on met plus d’atouts dans son jeu… pardon, dans son tableau. – . Cela semble une Ă©vidence, la technique, contrairement au beurre bien moelleux Ă  point dans le beurrier, ne se conçoit qu’avec le secours d’une matiĂšre lourde, compacte, voire un peu visqueuse. Sinon, la peinture coule, et s’Ă©chappe…

Une réflexion sur “Le đŸ”Ș Ă  PEINDRE n’est pas un đŸ”Ș Ă  beurre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s