Le Roy a fait battre đŸ„

 »-. François Picard, et son compagnon, le charpentier AndrĂ©-Joseph Penicaud, de la Rochelle, n’Ă©taient pas des plus Ă  plaindre. Sentant le famine pointer derriĂšre la disette, François avait prĂ©parĂ© son baluchon, enfermĂ© son đŸŽ» dans un coffret rĂ©alisĂ© par Penicaud, doublĂ© de peau de chevreuil, pour rĂ©sister Ă  la fois Ă  l’humiditĂ© et aux chocs. Avec la bĂ©nĂ©diction du gouverneur, ils avaient pris pris tous deux la direction de la forĂȘt.

30x40cm  » Lulu l’homme-orchestre », collection privĂ©e
40x50cm  »Ă€ quatre ✋ »

Penicaud n’Ă©tait pas un colon ordinaire. Il savait lire, Ă©crire, et il Ă©crivait beaucoup s’il lisait peu, faute de đŸ’·… C’Ă©tait un esprit plein de curiositĂ© et de ressources. -. Toi, avec ton crin-crin, tu n’as rien Ă  craindre pour ton ventre. Tu vas charmer les sauvages, et ils n’auront rien Ă  te refuser. Moi, ma mĂ©thode, c’est les galanteries-. Lorsqu’ils arrivaient dans un village, aprĂšs que leur canot d’Ă©corce eĂ»t touchĂ© terre, on leur adressait des regards suspicieux. Encore de ces ventres creux de Canadiens ou de Français qui venaient demander la becquĂ©e !

Projet Viens chez moi, j’habite chez une copine
Projet 🎏 d’avril, court-bouillon de 🐟

Le premier soir, sustentĂ© de bouillie de đŸŒœ d’Inde, d’un quartier de castor ou de chevreuil, François sortait en grand mystĂšre son đŸŽ» de sa boĂźte et lançait. -. Le Roy a fait battre đŸ„ !-. Et AndrĂ©-joseph, qui avait une agrĂ©able voix de baryton, entonnait le premier couplet. -. Le Roy a fait battre đŸ„ Pour voir toutes ces dames Et la premiĂšre qu’il a vue Lui a ravi son Ăąme…-. . Stupefaits mais ravis, les sauvages buvaient la mĂ©lodie, assis en rond. Ces fous de Français mettaient un charme fou dans la 🌃 indienne. » Michel Peyramaure (Louisiana)

Projet 🎏 d’avril, Belle-de-poisson
60x60cm  »l’Indien comanche  »

Le conseil de François et AndrĂ©- Joseph.  »Penicaud leur apprit comment il fallait marquer sa satisfaction. En battant des ✋ et en criant. Bravo ! Encore !-. MĂȘme le sorcier, personnage ombrageux de nature, participait Ă  la liesse. On rĂ©compensait les artistes en les gavant de nourriture, maĂŻs, riz sauvage, pemican, succotash… »

Une réflexion sur “Le Roy a fait battre đŸ„

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s