Les morts-vivants de Kaufering

 »-. Ils tombèrent par hasard sur le camp d’esclaves de Kaufering. Les esclaves, qui paraissaient à peine vivants, étaient enfermés dans des cabanes creusées sous terre, recouvertes d’une sorte de couvercle. Les hommes, ou les garçons, ressemblaient à des squelettes recouverts de haillons, il n’avait jamais rien vu de tel, même en France, même en Italie. Difficile de dire ce qui était le plus horrible. Les immenses amoncellements de cadavres torturés qui s’étalaient sur le sol, leurs membres brindilles tordus en tout sens, la tête en arrière comme s’ils hurlaient encore de douleur. Ou bien ces morts-vivants qui leur ressemblaient trait pour trait, à cette différence qu’ils tenaient encore à peine debout et respiraient toujours.

Dimensions 50x40cm « Shoah »

Apparemment, ils avaient été employés à la construction d’avions ou de fusées, mais il se demanda comment ils pouvaient bien réussir à soulever leurs outils. Une autre unité, apprit-il, était tombée sur un convoi d’esclaves dans le même état. Cette tâche semblait être le but ultime des Allemands, la chose la plus importante pour eux, exterminer leurs esclaves. Ces esclaves étaient juifs. Comme Julius. Comme Rosa. Il fut glacé d’horreur comme jamais pendant les combats. » Jane Smiley (Les premiers jours)

Une réflexion sur “Les morts-vivants de Kaufering

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s