Quand solfège se fait vôtre

 »-. Sentir sous ses doigts une danse de Schubert, quelques accords de jazz, un morceau de Phil Collins… Cette source de plaisir est intarissable, dès que l’on pose les doigts sur un clavier, même des années après l’apprentissage initial. Mieux encore, l’interprétation se bonofie kavec le temps, car elle devient plus personnelle. Mais, pour apprendre à jouer de la musique, il faut en passer par un système difficile et complexe : le solfège.

30x40cm  »lulu le pianiste », collection privée

J’ai vu des apprentis musiciens, le sourire aux lèvres, acquérir un instrument le samedi matin, bien décidés à s’astreindre à une pratique journalière, prendre un aller simple vers les Îles de la Béatitude. Et puis voilà… Ils abordent le solfège, et découvrent cette infernale notation ! Les épaules s’affaissent, le teint devient pâle, le moral s’effondre et les bonnes résolutions s’évaporent bien avant le dimanche soir. De la théorie à la pratique, le temps paraît bien long ! Il m’a semblé que la meilleure façon de franchir les différentes étapes consiste à transgresser le caractère sacro-saint du solfège, et à le traiter d’une manière ludique, parfois irrespectueuse. » Daniel Ichbiah (Nouvelle méthode simple et amusante en treize leçons)

Une réflexion sur “Quand solfège se fait vôtre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s