La flibuste

 »-. Nous savions peu de choses de ce personnage discret et taciturne. Il s’était embarqué dans le sillage d’un noble béarnais, devenu planteur d’indigo dans l’île de Saint-Domingue. Peut-être pris d’une soif d’aventure, peut-être désireux de mettre de la distance à la suite de malversations, il était monté à bord du premier ⛵ de la flibuste qui se présentait au large, et où je me trouvais déjà embarqué. Comme il avait plus de cervelle que de muscles, on l’appelait Le Savant.

Projet 🎏 d’avril, le ⛵ -🐟

Il se confia à moi et me dit. -. Pourquoi diable me suis-je laissé entraîner dans cette aventure ? Je n’ai pas fréquenté les salles d’armes, et ne connais de la poudre de canon que certaines propriétés par suite d’expériences que j’ai réalisées sur le ressort de l’air qui entre dans sa composition. Voyez-vous, le savant, le philosophe adepte de Malebranche que je suis n’aurait jamais dû abandonner ses alambics et ses grimoires pour courir les mers en quête d’une fortune qui se dérobe sans cesse -. On trouvait décidément de tout dans le domaine de la flibuste, et pas forcément du pire monde. Le transfuge des coulisses de Versailles y côtoyait l’homme d’affaires décavé et le forçat en rupture de galère. Qu’on y découvrit un malenbranchiste méditatif était moins commun. Mais je m’en réjouissais, car ce chétif bonhomme que le moindre coup de pistolet mettait dans les transes m’apprit beaucoup sur la philosophie. » Michel Peyramaure (Louisiana)

Une réflexion sur “La flibuste

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s