Sauve qui peut !

 »-. Il pouvait être sept heures du soir. L’heure de la soupe, celle où l’homme mange assis sur la pierre du seuil, son écuelle au creux de la ✋. Et le vent tire les fumées des cheminées de pierre noircie. Cette vieille campagne assombrie, ces pentes de prés, de bois, enchevêtrées les unes dans les autres, elle considérait tout cela. Peu à peu elle pâlit, et se pencha pour mieux passer le regard sur le pays. -. Mon dieu ! Mais regarde, pas un toit ne fume !-

Projet Viens chez moi j’habite chez une copine,  » En mon joli village  »

Ah ! Dès qu’on s’en avisait, c’était un saisissement. Quel air d’abandon ! Les toits des métairies, des villages, ceux des Escures, aussi, n’avaient pas une fumée. Comme si les gens, partout, avaient fui, laissant leurs 🏡 désertes sous la nuée écrasante. Un cavalier, ventre à terre, venait de passer au tournant de la sente, là-bas… Le bruit du vent, maintenant, semblait plein d’autres bruits, comme des beuglements perdus… On vit une troupe sortir d’un boqueteau et filer en hâte vers le bois. À un quart de lieue de là, d’autres paysans traversèrent en s’égaillant une étendue de pacages pour disparaître aussi dans la forêt. Comme si le pays se vidait de son monde, se faisait désert pour fuir quelque chose qui maintenant lui arrivait dessus. » Henri Pourrat (Gaspard des montagnes)

Une réflexion sur “Sauve qui peut !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s