De Picasso à Modigliani

-. Dis, Christine, c’est là une sacrée glissade artistique !-. Ce nouvel adhérent de L’Atelier du Jeudi, qui connaît déjà mon goût prononcé pour Pablo Picasso et les pastiches que ses célèbres têtes m’inspirent, s’étonne de la teneur de mon nouveau tableau. -. On dirait du Modigliani !-. Bien vu, on ne peut toujours rester dans sa zone de confort, il faut savoir aussi prendre des risques.

C’est la leçon numéro un. La leçon numéro deux suit immanquablement. -. Je ne suis ni copiste, ni portraitiste, ni académiste (traduisez je ne suis pas forcément les règles pré-établies et je les arrange commodément, plutôt à ma convenance). Ce que j’ai retenu de Modigliani, ce qui m’a tapé dans l’oeil au premier regard, ce qui selon moi fait son originalité, sa marque de fabrique, son style, sa signature ? La tristesse des femmes qu’il représente, sans doute parce que l’artiste lui-même, tuberculeux et débauché, alcoolique et drogué, n’était pas un personnage des plus joyeux, conscient de son talent joint à une semi-déchéance… D’ailleurs sa vie fut courte. Et triste. C’est cette tristesse que je pressens, que je sens, que je ressens. Mon tableau n’est certes pas oeuvre de faussaire, mais fait plutôt témoignage d’un mélancolique ressenti.

40x60cm  »Le portrait de Madame M », galerie Femmes, Femmes, Femmes

Mon conseil -. J’ai opté pour la solution de facilité, à savoir partir sur un format inhabituellement long et étroit, qui m’a donné la forme allongée du village. Le tracé s’est fait directement au 🔪, à grands traits, en commençant par l’ovale, qui me donne le  »la ». S’ensuivent, toujours au 🔪, la forme des épaules, après un cou que j’eus pu étirer davantage. Deux traces pour les yeux, une pour le nez, une pour la bouche. Le reste se peaufine au pinceau. J’ai réalisé l’oeuvre en travail d’atelier, en deux-trois heures, tout en m’interrompant à plusieurs reprises pour des conseils, la Pause-café, etc. Le tout pour montrer, ou démontrer à mes adhérents qu’il est bon, parfois, de lâcher la ✋ qui tient le ✏️, et de larguer les amarres.

Une réflexion sur “De Picasso à Modigliani

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s