Cliniquement vôtre

 »-. Tous les hôpitaux sont les mêmes, quelles que soient leur situation et leur architecture-. Même odeur, même peinture, mêmes panneaux dirigeant les nouveaux venus, mêmes images inoffensives dans les couloirs, mêmes visiteurs avec des fleurs et des 🎁, même personnel en uniforme, mêmes visages résolus et fatigués. Combien d’hôpitaux avait-il visités depuis ses débuts dans la police, montant la garde devant la chambre de prisonniers ou de témoins, prenant des dépositions sur un lit de mort, questionnant des infirmières ou des médecins qui avaient bien autre chose en tête que ses préoccupations ?

Projet La minute 🦋, Les ambulances Papillon

-. J’essaie d’éviter ces endroits. On y attrape des infections incurables, et si vos visiteurs ne vous tuent pas de fatigue, les visiteurs de vos voisins s’en chargent. On n’y dort jamais assez, et la nourriture est immangeable -. Les médecins, c’est comme la police. On ne pense pas à eux jusqu’à ce qu’on en ait besoin, et alors on attend qu’ils fassent des miracles. Vous resterez dehors pendant que je parle, en tout cas au début. Si j’ai besoin d’un témoin je vous ferai entrer. Il faudra que j’y aille en douceur -. Un interne ridiculement jeune, stéthoscope autour du cou, confirma que le suspect était désormais en état d’être interrogé, et les dirigea vers une petite chambre, devant laquelle un agent de police montait la garde. -. Comment ça va ?- » Phyllis Dorothy James (Meurtres en soutane)

2 réflexions sur “Cliniquement vôtre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s