Et la tendresse, b… ? (B… comme Bovary)

Peut-on PEINDRE avec efficacité un personnage, réel ou fictif, pour lequel l’on n’éprouve aucune tendresse ? Je viens de tester cette interrogation sur une victime toute désignée, la célèbre Emma Bovary de Gustave Flaubert qui, je dois l’avouer, m’horripile depuis que je me suis replongée avec délices dans la re-lecture dudit bouquin. Plus je lis, plus je la déteste. Je hais tout chez elle, ses faux airs de petite campagnarde qui joue les bourgeoises, sa prodigalité, son égoïsme, son manque de sens moral. Peu m’importe ses excuses, qu’elle soit malheureuse en ménage et en maternité, ait des amants et s’ennuie prodigieusement dans sa terne existence… Elle me déplaît, na !

Est-ce une raison pour nuire à l’image de la belle Emma ? Peindre sans tendresse ne veut pas dire PEINDRE sans émotions. Et c’est là justement où l’affaire se corse. C’est là que ça devient intéressant. Car il me faut avant tout oublier l’imagerie populaire qui colle à la (jolie) peau de cette pimbêche sans cervelle. Et surtout le portrait cinématographique qu’en a tracé l’actrice Isabelle Huppert, avec sa jolie frimousse et sa 👥 fine, mises en valeur par un élégant vestiaire approprié……

50x70cm  »Le portrait de Madame B », galerie Femmes, Femmes, Femmes

Mon conseil. Pour ne pas enlaidir la belle Madame Bovary, qui ne possède pas une grande personnalité -sauf qu’elle est une emmerdeuse notoire, d’ailleurs sa chute est tragique, mais c’est une autre histoire- il me faut prendre du recul.- Bref, j’ai opté pour un fond franchement coloré, à savoir un mélange de beige rosé et de chocolat. Il ne me restait plus qu’à poser, au 🔪, les contours du personnage, que j’ai préféré suggérer plutôt que sublimer. Cette héroïne, certes, je ne l’aime pas et… Tant pis pour la tendresse. Na ! -. La touche finale se clôt sur une teinte mordorée. Certes, l’esthétique et surtout l’artistique ne perdent pas leurs droits. Mais c’est aussi une bonne leçon de comportement pour Emma Bovary, car tout ce qui brille n’est pas de l’or…

Une réflexion sur “Et la tendresse, b… ? (B… comme Bovary)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s