Le chemin des Dames

 »-. La guerre l’enthousiasmait. Il avait peur qu’elle finit avant qu’il eĂ»t atteint ses dix-huit ans. Lui qui, autrefois, n’ouvrait jamais un đŸ’·, il dĂ©vorait les ouvrages spĂ©ciaux, Ă©tudiait les cartes. Il dĂ©veloppait son corps avec mĂ©thode. À seize ans, c’Ă©tait dĂ©jĂ  un homme, un homme dur. En voilĂ  un qui ne s’attendrissait pas sur les blessĂ©s ni sur les morts ! Des rĂ©cits les plus noirs que je lui faisais lire touchant la vie aux tranchĂ©es, il tirait l’image d’un sport terrible et magnifique auquel on n’aurait pas toujours le droit de jouer. Il fallait se hĂąter. Ah ! Qu’il avait peur d’arriver trop tard ! Il avait dĂ©jĂ  dans la poche l’autorisation de son imbĂ©cile de pĂšre.

Projet 🎏 d’avril, le 🐟-combattant

Et moi, Ă  mesure que se rapprochait le fatal anniversaire de janvier 1918, je suivais en frĂ©missant la carriĂšre du vieux Clemenceau, je la surveillais, pareil Ă  ces parents de prisonniers qui guettaient la chute de Robespierre, et qui espĂ©raient que le tyran tomberait avant que leur fils passĂąt en jugement. -. Ce pauvre petit, ce serait bien triste Ă©videmment, mais lui, du moins, ne laisserait personne derriĂšre lui…-. Je reconnais qu’il n’y a rien de scandaleux dans ces paroles. Luc, lui, n’a pas eu de tombe. Il a disparu, c’est un disparu. Je garde dans mon portefeuille la seule carte qu’il ait eu le temps de m’adresser. -. Tout va bien. Reçu envoi. Tendresses -. Il y a Ă©crit Tendresses. J’ai tout de mĂȘme obtenu ce mot de ce pauvre enfant. » François Mauriac (Le nƓud de vipĂšres)

Une réflexion sur “Le chemin des Dames

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s